Finance

Lancement de PharmEquity, première plateforme de financement participatif équitable réservée aux pharmaciens.
Finance Pharmacie

Lancement de PharmEquity, première plateforme...

Ses fondateurs, la Fédération des Syndicats Pharmaceutique de France (FSPF), l’Union Nationale des Pharmacies de France (UNPF) et Interfimo partenaire et financier des professions libérales et Incit’financement, conseil en investissement participatifs, s’unissent pour dynamiser les transmissions de pharmacies en France. Tous partagent les valeurs d’une PHARMACIE LIBÉRALE, portée par un réseau d’officines appartenant à leurs titulaires, indépendants et responsables tant à titre professionnel que patrimonial. La pérennité de ce modèle, qui a fait la preuve de son efficacité et de son adaptabilité, repose sur la fluidité des transmissions d’officines dans un contexte démographique tendu – le nombre de titulaires en âge de prendre leur retraite ayant doublé au cours des 10 dernières années. Afin de contribuer à la mobilité et au financement de la Profession, PharmEquity souhaite faciliter l’apport de fonds propres complémentaires au capital des SEL (1) et SPFPL (2) constituées par des repreneurs d’officines en mobilisant l’épargne des pharmaciens, créant un circuit du financement court et vertueux. Le Code de la santé autorise les quelque 27 000 pharmaciens titulaires à détenir jusqu’à quatre participations minoritaires dans des officines autres que celles dans lesquelles ils exercent : la Profession bénéficie ainsi d’une capacité de financement interne considérable pour compléter les apports personnels des repreneurs et leurs crédits bancaires. PharmEquity est l’outil qui permet à des repreneurs de présenter leur projet à des investisseurs qui consacreront une partie de leur épargne à le co-financer, dans un cadre strictement défini par l’Autorité des Marchés Financiers ; tous les projets mis en ligne sur la plateforme auront bénéficié par ailleurs d’un accord de financement conditionné d’Interfimo. L’investisseur qui cofinance l’acquisition de l’officine est juridiquement et factuellement minoritaire ; sa responsabilité financière est limitée à son apport en capital. Il s’abstient de toute ingérence dans la gestion et il n’investit pas dans sa propre région d’exercice. Repreneur et investisseur conviennent du caractère temporaire de leur association : après huit années d’exercice ou au-delà, lorsque la SEL aura remboursé la majeure partie de son emprunt, le repreneur pourra racheter les parts de l’investisseur sur la base de la valeur nette de la société – la plus-value créée sur le fonds d’officine lui revenant exclusivement. Entre-temps ni dividendes ni intérêts obligataires n’auront pesé sur la trésorerie et la rémunération du titulaire. Depuis sa mise en ligne début juillet, Pharmequity compte plusieurs dizaines d’investisseurs inscrits. (1)     SEL :  Société d’Exercice Libéral 2.      SPFPL : Société de Participation Financière de Professions Libérales
Aurélien
10 septembre 2020 • 5 min
L'expertise comptable et les pharmaciens
Finance Pharmacie

L'expertise comptable et les pharmaciens

Emmanuel Leroy de KPMG a répondu aux questions des candidats à l'installation de Ouipharma •    Quels points sont essentiels à vérifier lors de son achat d’une officine ? Les points d’attention sont multiples et pour rester dans le domaine financier, ils dépendent beaucoup du mode d’acquisition de l’officine, rachat de parts ou du fonds de commerce. Le prévisionnel d’acquisition va se baser sur les performances historiques de l’officine, il convient donc de s’assure de la sincérité des comptes. Le chiffre d’affaires reflète ‘il bien l’activité au comptoir et n’est-il pas gonflé par des rétrocessions ou des ventes à des collectivités ? La masse salariale est elle suffisante pour réaliser le chiffre d’affaires annoncé ? Dans le cadre d’un rachat de parts un audit d’acquisition peut de révéler nécessaire pour s’assurer de la réalité des éléments de l’actif et du passif du bilan. Ils servent de base lors de la détermination du prix des parts de la SEL ; •    Qu’est-ce que l’expert-comptable fait pour accompagner le candidat ? L’expert-comptable est le partenaire privilégié du pharmacien pour l’établissement du prévisionnel et l’analyse des données financières historiques de la pharmacie. Il pourra guider le futur acquéreur sur les points essentiels à vérifier lors de l’acquisition et l’accompagner dans les démarches de recherche financement auprès des banques. Les choix juridiques et fiscaux sont des éléments importants du projet, l’expert-comptable est là pour optimiser ces choix.  •    A quel moment un candidat doit-il contacter un expert-comptable ? Le candidat doit contacter un expert-comptable dès qu’il envisage de se lancer dans la recherche d’une officine à acquérir. Il pourra ainsi orienter aux mieux sa recherche en fonction par exemple de sa capacité financière où du mode d’exploitation de l’officine, seul, en association, avec un investisseur… •    Combien coute un expert-comptable ? Le coût de l’accompagnement d’un expert-comptable dépend du type de missions qui suit sont confiées. Les règles ordinales imposent à l’expert-comptable de signer une lettre de mission avec son client avant toute prestation facturée, il n’y a donc pas de surprise sur une facturation qui ne serait pas prévue. •    Est ce qu’il est rentable d’être pharmacien ? La question n’est pas bien posée, il ne s’agit de savoir s’il est rentable d’être pharmacien mais si la profession est un métier d’avenir. Le vieillissement de la population, la difficulté à avoir des rendez-vous rapides avec des professionnels de santé font du pharmacien le premier recours de soin. Les nouvelles missions qui lui sont confiés son aussi un relais de croissance qu’il ne faut pas négliger. Le pharmacien a donc toutes les cartes en mains pour valoriser au mieux son investissement et il n’y a pas de bonne ou de mauvaise pharmacie mais plutôt de bons pharmaciens titulaires qui arrivent à fédérer une bonne équipe autour d’eux. •    Lorsqu’un pharmacien vend son officine doit il discuter avec son expert-comptable ? La cession est un moment important dans la vie d’un pharmacien.  Soit le pharmacien cède avec pour projet de se réinstaller et dans ce cas il doit optimiser la structuration juridique pour limiter la fiscalité et garde un maximum de plus-value pur financer une nouvelle acquisition. Soit le pharmacien cède au moment de son départ à la retraite et là il doit analyser le meilleur moyen de transmettre son officine en bénéficiant des exonérations d’impôts sur la plus-value. Quoi qu’il en soit, la cession doit être anticipée, souvent quelques années avant pour valoriser au mieux l’officine.  
Aurélien
20 juin 2022 • 10 min

Inscrivez-vous à notre newsletter

Tous les mardi, les dernières annonces de pharmacie à vendre et les derniers articles de blog dans votre boite mail.