Marché de la transaction d'officines

Le nombre de transactions de pharmacies à chûté pendant de nombreuses années

Depuis 2009, la pharmacie et plus particulièrement le marché de la transaction a vu s'effondrer le nombre de mutations (ventes de fonds ou de parts). L'an 2015 marque un véritable point d'inflexion entre cette diminution du nombre de transactions et le renouveau observé actuellement.

Des craintes sur le marché de l'officine qui n'atteignent pas la confiance des acheteurs

La profession de pharmacien subit en ce moment de véritables changements d'envergures. Des chahuts qui auraient pu entacher la confiance des acheteurs et ralentir le nombre de transactions mais il n'en est rien. En effet, bien que les offensives du gouvernement (Montebourg, Macron) aient momentanément immobilisé l'ensemble des acteurs, acheteurs et vendeurs, la mobilisation de la profession et le retrait des dispositions visant les pharmaciens a relancé la confiance des acheteurs en notre profession, et ainsi relancé le marché de la transaction.

Au rang des craintes de la profession, on peut également citer la nouvelle rémunération qui a créé avec elle, de nombreuses inquiétudes. En effet, une décorrélation progressive des prix de vente de la rémunération lève des interrogations directement liées au mode de rémunération historique du pharmacien.

À cela il faut bien sûr ajouter la baisse de la valorisation des fonds qui s'est accentuée en 2015. Tout cela contribue à un net regain des nombres de transactions d'officine.

Prix de vente des officines

Des prix qui rentrent dans les rangs

L'année 2015 marque un écroulement historique des prix de vente avec en moyenne :

  • une baisse de 4% du CA HT ! De 81%, cette moyenne s'établit désormais à 76% du CA HT,

  • une baisse de 0,3 point en multiple de l'EBE, passant ainsi de 6,5 à 6,3 fois l'EBE.

Cette baisse va de concert avec une hausse de plus de 3% du nombre de mutations (vente de parts ou vente de fonds), d'autant que les dispositifs récents favorisent les ventes de parts qui prennent de plus en plus le pas sur les ventes de fonds.

Des disparités typologiques, économiques et géographiques

Il faut apporter des nuances à cette baisse des prix et surtout ne pas appliquer ces ratios les yeux fermés sur n'importe quelle transaction de pharmacie. En effet, selon le type de pharmacie, son volume d'activité, et sa situation géographique, on observe de grandes disparités :

  • Typologie de l'officine : les pharmacies de centre commercial sont globalement valorisées à des prix 6,7% plus élevés par rapport à la moyenne nationale (relativement au CA HT)

  • Implantation géographique : on citera notamment la Bretagne ou le Pays Basque qui sont réputés pour leurs prix élevés en fonction du CA HT ou encore Paris ou la région PACA qui, de part la concurrence et les marges plus faibles, affichent des prix globalement plus élevés en multiple de l'EBE

  • Volume d'activité : les prix de vente varient en moyenne entre 64% du CA HT pour les pharmacies de CA inférieur à 1.2M€ et 83,1% du CA HT pour des CA supérieurs à 2M€. Mais il y a des extrêmes comme par exemple certaines petites officines qui peuvent parfois se vendre à 15% du CA HT et d'autres à 130% du CA HT.

La reprise du marché de la transaction : véritable embellie... qui devrait se poursuivre !

Par ailleurs, le veillissement de la profession est très notable. En 10 ans, le nombre de 56-65 ans a presque été multiplié par deux pour passer de 4500 à 8000. Il est acquis que 30% des inscrits en Section A auront atteint l'âge de la retraite dans les 5 ans.

Avec la baisse des prix de cession, des taux d’emprunt historiquement bas, et des départs en retraite qui vont se multiplier, nulle doute que de nombreuses opportunités se présenteront pour les jeunes pharmaciens souhaitant acheter une pharmacie !

C'est d'ailleurs une tendance forte depuis ce début d'année 2016 : les transactions reprennent de plus belle !

Région PV en % CA HT PV en multiple de l'EBE
Aquitaine, Poitou-Charente, Limousin 80% 6,2
Bourgogne, Franche-Comté 75% 5,8
Bretagne 86% 5,7
Centre 73% 6,2
Champagne-Ardennes, Lorraine, Alsace 77% 6,5
Corse Non significatif Non significatif
Île-de-France 65% 6,3
Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon 78% 6,2
Nord-Pas-de-Calais 78% 5,7
Normandie 81% 5,8
Paris 72% 6,8
Pays-de-la-Loire 74% 5,9
PACA 80% 6,7
Rhône-Alpes, Auvergne 79% 6,1

Source : Interfimo, mars 2016

Préparer la vente de sa pharmacie

Comment aborder la cession de votre officine ?

Lire la suite

Evaluer la crédibilité d'une offre

Quels critères pour évaluer la crédibilité d'une offre ?

Lire la suite

Vendre sa pharmacie

Revenir à la page mère

Page précédente

Comparez votre officine aux offres du marché

Toutes les annonces de Ouipharma, classées géographiquement

Voir toutes les annonces